# BIZI
ANTZEA

Art de vivre avec Imanol

Je suis le gourmand et le bon vivant du groupe! Dans ma famille, on est paysan, on élève des brebis Manech têtes rousses. Notre cuisine est composée de produits de la ferme et du potager. En tant qu'euskaldün - basque - nous parlons notre langue basque et c'est au quotidien que nous vivons notre culture, dans la simplicité, à travers les fêtes et les traditions, tout en respectant les saisons.

Je vous propose de partager ma vie, de goûter notre cuisine, d'écouter nos chants basques, de taper la balle contre le fronton ou de faire quelques pas de danse et pourquoi des entrechats...

Imanol Votre guide Art de vivre
# SUKAL
DA
RITZA

La cuisine souletine

UNE IDÉE DE MENU?

Une fois n’est pas coutume, commençons par le fromage, et plus particulièrement l’Ardi Gasna, le fromage de brebis, servi ici à toutes les tables. Et pour cause, ce fromage, et surtout celui réalisé au printemps et en été  à base de lait parfumé par les pâturages d’estives, acquiert une finesse extrême, une saveur noisette, dont le léger piquant augmente  avec l’âge.

Poursuivons le compte à rebours par le plat de résistance. Boudin, jambon,  saucisses, le cochon est roi, surtout le noir, élevé en liberté et nourri au gland. Pas très loin, au fond du pré, les canards boitent des 2 pieds. Soyons en sûr, vous saurez leur rendre hommage, servis en foie gras, magret ou confit et accompagnés de pomme cuites, de patates sautées ou de cèpes et girolles des bois. 

Ah, le poisson ! … et bien c’est assez simple, nous en connaissons 2 : la truite des torrents et l’anguille persillée et ne nous en lassons jamais.

Heu, n’oublions pas : 5 fruits et légumes / jour ! Pas de problème, tout pousse dans nos jardins, et une bonne salade de (vraies) tomates fera l’affaire pour l’entrée, avec bien sûr un peu de pâté. Ces mêmes tomates cuites cette fois, agrémentées de piments verts et autres oignons composeront l’inégalable piperade souletine…que vous ne manquerez pas de déguster.
Rajoutez quelques ruches, pommiers, confitures, conserves artisanales, plantes aromatiques et légumes bio et vous pourrez garnir votre panier de produits sains et locaux, directement à la ferme ou bien le lundi matin au marché de Tardets et le samedi matin au marché de Mauléon.

Et enfin, laissez-vous servir et faites-vous plaisir!

Au Pays-Basque, nous aimons manger et fréquentons assidûment les restaurants, ouverts toute l’année, sans oublier les produits du terroir.

 

# KÜL
TÜRA

La culture basque

NOUS VIVONS NOTRE CULTURE AU QUOTIDIEN

de la façon la plus simple qu'il soit, à travers la langue, la danse et diverses formes théâtrales artistiques qui, bien que puisant leurs racines dans les traditions anciennes, sont bien vivantes et contemporaines.

  • LA LANGUE BASQUE : EÜSKARA

« Euskal herria, euskara gabe, erin gabeko ogia ! », Le Pays basque sans sa langue, c’est du pain sans farine ! …

En voici quelques mots :

  • Egün hon = bonjour 
  • Honki jin = bienvenue 
  • Otoi = s’il vous plait 
  • Eskerrik hanitx = merci beaucoup

La langue basque unifiée, le batua, est commune aux 7 provinces basques, cependant chacune a conservé son dialecte, comme c'est le cas, en Soule où nous parlons le souletin. Ce qui caractérise notre parler est le son u écrit avec le tréma et qui se prononce u et non ou comme dans les autres provinces. Ainsi "le jour" se dit "eguna" en Soule et "egoun"a chez nos voisins.

Comment apprendre le basque? La transmission se fait à deux niveaux : même si la famille est un maillon clé de la transmission, le basque s'apprend également dans les écoles. Cependant, les filières bilingues de l’enseignement public, privé, et immersif proposent l'apprentissage du basque et en basque : les Ikastola de Soule à Chéraute et Alos-Sibas-Abense (immersif), la filière bilingue publique fédérée par l'association Ikas-Bi pour le primaire ainsi que dans les 2 collèges à Tardets et Mauléon, le lycée de Chéraute et l'enseignement catholique sous contrat pour les écoles Jeanne d'Arc à Mauléon et Saint-Louis de Gonzagues à Alçay. Et comme il n'est jamais trop tard pour apprendre le basque, des cours du soir sont également possible grâce à l'association AEK... Alors vous commencez quand?

  • LA DANSE BASQUE

En Soule, la danse souletine est composée de 5 danseurs nommés Aitzindariak : l'homme cheval ou zamaltzaina, la cantinière kantiniersa, le porte-enseigne ou entseinaria, le danseur appelé le chat le gatüzain et enfin celui qui garde le troupeau de porcs le txerreroa. La danse souletine obéit à une technique particulière et singulière : les danseurs font des pas en effleurant le sol et lorsqu'ils sautent en l'air ils exécutent des entrechats frijat, au son de la txülürüla (flûte), du ttun-ttun (tambourin à cordes) et de l'atabal (tambour).

Chaque village au Pays-Basque a son école de danse et nous sommes loin du folklore! Les enfants peuvent apprendre les premiers pas de danse vers l'âge de 7 ans, et ceux qui dansent depuis plusieurs années deviennent moniteurs à leur tour, et ainsi la boucle est bouclée et la danse vit. Filles et garçons se produisent souvent la première fois lors des fêtes du village et lors de la réception de la mascarade, et c'est le tract au ventre qu'ils exercent leurs premiers pas! Lorsque leur niveau en danse se confirme, ils sont habillés du veston rouge puis, plus tard pourront porter l'un des 5 costumes.

  • LA PASTORALE ET LA MASCARADE

Ces deux genres théâtraux puisent leurs origines dans les temps anciens, mais ils restent très vivants en Soule, car chaque année, un village organise soit une pastorale soit une mascarade, et c'est tout un village qui s'investit autour de ce projet. Pour 2018, je vous invite à suivre les jeunes de Musculdy qui organisent les mascarades. Quant à la pastorale, place aux habitants de Mauléon qui vont jouer la pastorale sur la vie du Chevalier de Béla - Belako zaldüna - les dimanches 29 juillet et 5 août.

Pour ne rien rater, découvrez l'AGENDA des animations et les temps forts en Soule

# SU
JE
TA

Zoom sur la pastorale souletine

LA PASTORALE

est une forme théâtrale très ancienne, qui était jouée dans toute l'Europe. Survivance des Mystères du Moyen-Age? Toujours est-il que ce spectacle est organisé chaque année, en Soule et nulle part ailleurs, par un village différent, et se joue durant la saison, une fois en juillet et en août. Durant 6 à 8 mois, tout un village se retrouve autour de ce projet, chacun y trouve sa place et apporte ses compétences dans divers domaines, en tant qu'acteur, couturière, élaboration de l'affiche, ..., et tous ensemble vont travailler main dans la main.

Au final, une estrade joliment décorée, des acteurs portant des costumes cousus sur mesure, des affiches, des livrets, un spectacle chantée en basque et toute une logistique et un engouement qui font de la pastorale souletine un évènement!

L'histoire racontée peut-être un fait de l'Histoire ou un personnage ayant vécu dans le village, et elle est écrite en basque. Le metteur en scène, errejent, travaille sur la mise en forme du récit en versets qui seront chantés par les acteurs. La pastorale obéit aussi à des codes précis : deux groupes d'acteurs qui sont les Rouges (les Turcs) représentant le mal contre les Bleus qui symbolisent le bien; chaque acteur marche avec un makila (bâton au bout ferré) sur le même rythme, les bergers et le troupeau de brebis représentent le monde pastoral et montent aussi sur scène.

Des chants et des danses sont aussi créés et permettent de découvrir des talents cachés.

Pour mieux comprendre, je vous invite les dimanches 29 juillet et 5 août 2018 applaudir les habitants de Mauléon-Licharre qui monteront sur scène pour raconter l'histoire du Chevalier de Béla Belako zaldüna.

Le rendez-vous est pris!

# PIT
XU

Les jours fous : les mascarades

VOICI VENU LE TEMPS DES MASCARADES

Nous sommes un dimanche en hiver et la journée débute tôt, à la fraîche, et les détonations des pétards annoncent le début des réjouissances.

Je me rends au quartier où se déroule la première barricade de la journée. Cette année, les jeunes du village voisins ont organisé la mascarade, ils se sont entraînés durant plusieurs mois pour être au top niveau!

La mascarade est un genre théâtral très ancien et qui se joue encore de nos jours en province de Soule. Les acteurs sont en deux groupes, les Rouges Gorriak qui représentent la noblesse et les Noirs Beltzak qui font référence au bas peuple tels les chaudronniers, les bohémiens, les sauvages. On y retrouve aussi les membres de la société comme monsieur le maire et son épouse, ainsi que les paysans...

Petit, je me souviens que mon père avait joué le maire, je l'avais suivi durant toute la saison, chaque dimanche, depuis le mois de janvier jusqu'au mois de mars. Je me rappelle de ces franches rigolades lorsque les Bohémiens Bohamiak, faisaient des tas à même le sol, je m'élançai à mon tour au dessus!

Pour la barricade de mon quartier, j'ai apporté du café et quelques petits gâteaux, pour bien commencer la journée et parce qu'il faut de l'énergie aux acteurs pour tenir le coup! Le son de la txülüla, la flûte, annonce le coup d'envoi. Les danseurs du village qui reçoit dansent en guise de bienvenue, suivis des danseurs de la mascarade, et enfin des Noirs qui se jettent les uns sur les autres. Les remouleurs xorrotxak, reconnaissables à leur casquettes surmontées d'un écureuil, entonnent joliment un chant pour remercier leurs hôtes.

La barricade est un obstacle symbolique que les acteurs doivent "passer" pour continuer leur avancée dans le village, en dansant et en chantant. Tandis que les Rouges Gorriak vont danser de belle manière, les Noirs Beltzak, plus paillards, vont s'exécuter de façon plus violente et sauvage. 

Joyeusement, la troupe avance pour arriver sur la place du village aux alentours de midi, suivi du cortège de villageois et autres visiteurs et aussi des curieux. Voici l'heure du déjeuner chez l'habitant : chaque acteur est invité à manger dans "une maison" du village pour revenir vers 15h30 au bourg pour la représentation de la mascarade. Alors, oui, parfois le repas a été arrosé et les acteurs s'en donnent à coeur joie pour donner du rythme au spectacle et faire rire le public ! Parce que la mascarade c'est avant tout une satire du monde actuel, on raconte les histoires du village et on fait souvent un parallèle avec l'actualité...et tout cela en langue basque bien sûr!

La mascarade s'achève vers 19h avec le chant final de tous les acteurs sur la place. La soirée qui suit est tout aussi délicieuse, où l'on félicite la troupe non sans apporter quelques remarques...

Ce que j'aime dans la mascarade, c'est ce mélange de tradition et de modernisme et cette ambiance joviale, bonne enfant, en toute simplicité! Toutes et tous, acteurs ou spectateurs, sont là pour passer un bon moment, comme on le faisait jadis.

Le dimanche d'après, rebelote comme on dit! Ainsi va la troupe de la mascarade, de village en village chaque dimanche pour le plaisir de tous!

En 2018 ce sont les jeunes de Musculdy de jouer la mascarade. Voici le progamme des sorties.

# JO
PELOTA

La pelote basque

UNE AUTRE PASSION

C'est un sport à part entière, profondément ancré dans notre culture. Le principe est simple: envoyer directement ou après un rebond, la pelote contre un mur principal et qu'elle retombe sur l'aire de jeu. On peut utiliser un instrument comme la pala ou paleta (instrument en bois dérivé de la raquette), le chistera, la raquette argentine ou xare, ou sa main! Les aires de jeu varient aussi selon les spécialités pratiquées à l'intérieur (trinquet, jai-alai, mur à gauche) ou à l'extérieur (fronton).

Le joueur pelotariest vêtu d'un pantalon blanc, de baskets en cuir blanches et du maillot de son club. On commence ce sport dès l'âge de 8 ans et les compétitions plus tard, le temps de s'entraîner et de bien maîtriser le geste. Un calendrier regroupe les compétitions par catégorie d'âge, et les joueurs peuvent concourir pour des championnats locaux, nationaux et même mondiaux, et je rajoute que la pelote basque est aussi une discipline olympique!

Souvent, l'été, en fin de journée, sur un fronton de village, on peut assister à une partie de pelote organisée par l'association de la commune. Outre le côté sportif et la beauté du jeu, c'est aussi une occasion pour les villageois de se retrouver sur la place du village. Le fronton est le coeur du village, l'endroit où on se rencontre.

Voici, à titre non exhaustif, les principaux tournois qui se déroulent en Soule :

- Master Elite Pro (main nue) fin septembre au trinquet Urrupean de Garindein. 

- Tournoi Challenge de Soule Xiberoko Txapelgoa de mi juin à mi-septembre sur les frontons de nos villages : il a contribué à remettre la discipline de la main-nue en avant

- Tournoi international de cesta-punta au jai alai de Mauléon, en août

- Trophée Betzüla à la mi août au trinquet Betzüla de Larrau

Tardets reste l'unique village en Soule où l'on peut assister à une partie de rebot : 2 équipes de 5 joueurs se font face de par et d'autre d'une ligne tracée qui délimité 2 camps. Les joueurs équipés d'un petit chistera (de joko garbi) ou d'un gant de cuir (de pasaka) doivent empêcher les adversaires de rattraper la pelote ou de la renvoyer dans les limites du terrain pour marquer des points.

Allez jo pilota!

Retrouvez l'agenda des animations en Soule

Profitez de notre art de vivre! Gure biziantzeaz gozezazüe !

Publicités